Peut-on être écolo et voyager ? Le paradoxe de la voyageuse green ;-)

 

 

Pour tous ceux et celles qui me côtoient ou me lisent régulièrement, vous le savez je suis d’une nature profondément positive … J’ai à cœur de magnifier les petits bonheurs du quotidien et de découvrir les merveilles de notre monde … hors de ma zone de confort, en dehors de mes repères, comme un émerveillement sans cesse renouvelé, une ode à notre belle bleue … C’est aussi cet œil ouvert sur le monde qui m’a sensibilisée au respect de la nature et de ses habitants, bien trop souvent malmenés par leurs pairs et leurs activités commerciales et industrielles …

DSC_5854

Une amoureuse des voyages sensible à l’écologie ? Une posture qui peut paraître ambivalente et avec laquelle je vis au jour le jour pas si mal que ça …

Le paradoxe de l’écolo voyageuse

Il y a quelques semaines, j’ai reçu mon premier commentaire un peu agressif à la suite d’un de mes articles de blog dans lequel j’expliquais comment notre démarche ZD allait encore plus loin en ce début d’année … Je reviendrai brièvement par la suite sur nos actions réalisées au quotidien mais il est triste de constater que l’être humain a toujours cette capacité à pointer du doigt la faille d’autrui, quand bien même il est très engagé et fait déjà beaucoup … Plutôt que de se réjouir des efforts mis en place et de trouver des solutions ensemble, il est parfois bien plus simple de venir signifier ce qui peut apparaître comme non concordant, l’anonymat du Net aidant, malheureusement. Et c’est peut être rassurant pour celui qui pointe l’incohérence …

C’est la première fois donc que l’on souligne publiquement un de mes plus gros paradoxes : celui de l’écolo voyageuse !

Plutôt que de l’effacer, j’ai choisi dans un premier temps de le publier et d’apporter une réponse à « EXO ». Et puis j’ai ruminé, réfléchi et j’ai eu besoin de mettre des mots sur tout ça, de penser à travers ces quelques lignes et de partager avec vous comment je fais pour être le plus « green » possible même en voyageant ! J’ai eu besoin de retrouver un peu de cohérence dans cet aspect de mon mode de vie qui peut tendre vers une absence de congruence j’en suis bien d’accord ….

On ne va pas se mentir, l’avion, quel que soit la façon de lire les chiffres reste un des moyens de transports les plus polluants et ne doit pas être pris de façon anodine tant il peut impacter sur l’environnement. Je ne suis pas dans le déni et j’ai bien conscience de participer à ma façon au réchauffement climatique en prenant l’avion.

20170831_160730

Il y a quelques jours c’est le site « Tour du mondiste » qui publie un article sur l’impact environnemental des voyageurs, et surtout des personnes qui partent en tour du monde avec en moyenne 16 tonnes d’émission de carbone inhérentes à leurs billets d’avions multiples pour changer de continent ! J’y ai appris que les bateaux/paquebots étaient aussi extrêmement polluants et que si voyager en camping-car et en famille était une solution plus green et vertueuse, le fait de le mettre dans un cargo afin de le faire changer de continent est encore plus polluant (puisque les passagers eux prennent en plus l’avion !) …

Bref il n’y a pas de solutions miracles, voyager pollue … Doit-on pour autant s’arrêter de découvrir le monde ? Vaste débat qui peut laisser place à des positionnements très contradictoires … cette fameuse dissonance cognitive bien inconfortable sur le plan psychique …

Jérémie Pichon explique dans son dernier ouvrage « famille en transition » qu’un français moyen produit plus de 10 tonnes d’émission carbone. Lors de mes derniers calculs, notre famille est largement en dessous de ce chiffre, et ce malgré nos transports (notamment nos voyages en avion). Il faudrait pour autant en produire beaucoup moins pour vivre en accord avec les ressources de la terre ( moins de 2 tonnes /habitant …).

Il est important de rappeler que le transport aérien représente moins de 4 % de la pollution mondiale et les transports dans leur ensemble environ 13%. Ces chiffres restent cependant inquiétants puisque le transport aérien est en constante augmentation…

De mon côté, je me refuse à arrêter catégoriquement de voyager mais je suis prête à poursuivre mes efforts afin de réduire et contenir mon impact environnemental directement lié aux voyages. De plus, mais ça vous le savez si vous me lisez, J’ai choisi de m’attaquer activement aux pourcentages restant bien plus polluants 😉 tout en continuant donc à parcourir de nouvelles contrées …  Mais peut être différemment au fil du temps….

 

Voilà où nous en sommes à présent …

Quelques règles pour voyager « green »

Oui je prends l’avion, mais je me suis imposée quelques règles ces derniers temps :

–          Privilégier le train ou la voiture pour les distances de moins de 1000kms.

–          Ne pas descendre dans le Sud de la France (lieu d’habitation de toute ma famille alors que je vis dans le Nord) ou partir en voyage pendant au moins une période de vacances.

–          Refuser les compagnies à trop bas coût qui rendent l’accès à l’avion quasiment gratuit au détriment parfois de la sécurité et de l’environnement.

–          Eviter les escales et donc la multiplication des décollages et atterrissages, moments les plus polluants (bon parfois c’est compliqué on ne va pas se mentir, mais pour cet été c’est bon 😉 …)

–           Voyager léger ! vive le minimalisme ! Depuis 2 ans nous ne prenons plus de bagages en soute, quel que soit la durée de notre voyage ou même la saison et pesons donc moins lourds dans l’avion ;-).

–          Limiter les gobelets en plastique servis durant le vol en ayant avec soi sa gourde ou son mug réutilisable …

–          Nous partons en avion une à deux fois / an (c’est une moyenne) …. Ne pas dépasser 2 vols maximum par an.

–          Une fois arrivés, préférez les transports en commun, la marche à pieds dans les capitales ou si le temps nous le permet le « slow travel ». Mangez local, utilisez vos gourdes (filtrantes ou non selon les pays), soyez vigilants à vos déchets, prenez vos sacs en tissu pour fuir le plastique, respectez l’environnement …. Je ne peux que vous conseillez le blog de Luizzati qui a effectué un « tour du monde Zéro Déchet » et qui est pour moi une très belle source d’inspiration, ici ou ailleurs …

 

 

Ce que je fais pour compenser mon impact carbone

A chacun de prendre ses responsabilités et d’agir sur ce qu’il peut / souhaite afin de préserver au mieux notre planète. A chacun de faire sa part, en cohérence avec ses convictions …

Au quotidien, ma famille s’engage à limiter son impact environnemental :

–          Nous sommes Zéro Déchet ! Je ne vais pas vous le réexpliquer ici, tout est presque dit dans mon dernier article ou tous les précédents de ma rubrique « green attitude ». Pour résumer en 2018 notre poubelle annuelle d’ordures ménagères pesait moins de 3kgs pour notre vie à la maison 😉

–          Nous mangeons pesco-végétarien (avec du poisson seulement 1 à 2 fois / semaine)

–          Nous avons énormément réduit notre consommation en tout genre. Exit les objets qui nous envahissent et qui viennent pour la plupart d’Asie !

–          Nous privilégions l’occasion. Ma garde-robe est constituée à 90% de pièces de seconde main.

–          Nous limitons les produits d’origine animale (peu de produits laitiers, du miel local, jamais de viande ou de cuir neuf, véritable désastre écologique …).

–          Nous mangeons BIO & local pour un grand nombre de produits et surtout de SAISON. Vive les circuits courts …

Nous consommons tout de même du café, du thé ou encore du chocolat ou des bananes mais le tout en BIO, personne n’est parfait 😉

–          Nous faisons attention à notre consommation énergétique globale (notre maison est bien isolée, nous chauffons à 17° en journée pendant que nous sommes au travail et la nuit, 19° le reste du temps. Nous récupérons l’eau froide de la douche et économisons l’eau, éteignons les lumières et avons des multiprises partout pour couper quand c’est possible …).

–          Je vide régulièrement ma boîte mail et suis vigilante à la pollution numérique.

–          Nous sommes (presque) minimalistes

–          Nous boycottons les multinationales tant que possible, évitons les hypermarchés, les soldes ou autre évènement promotionnel incitant à la surconsommation …

–          J’essaie de boycotter Amazon et privilégie mes commerçants locaux aux valeurs plus éthiques

–          Nous préférons les expériences et les temps partagés aux biens accumulés …

 

 

 

 

Grâce à ces actions notre bilan carbone est réduit au quotidien … Ne jamais voyager MAIS acheter régulièrement des objets peu chers et produits à l’autre bout du monde ou impliquant déforestation ou élevages intensifs revient à participer activement aux émissions carbones dues à l’exploitation et aux transports de ces marchandises … Leur impact est très important … Consommez MOINS mais MIEUX (production française ou européenne) est une des clés du changement …

Il m’arrive comme tout le monde et encore à présent d’acheter des produits venant de bien trop loin mais je mets un point d’honneur à ne le faire que quand c’est vraiment nécessaire et utile et j’essaie avant tout d’acheter d’occasion ! Soit beaucoup moins qu’il y a 4 ou 5 ans ou je compensais rapidement un petit coup de « blues » par l’achat de biens matériels, sources de plaisir immédiat … Vous ne l’avez jamais fait vous ? Et puis la « fast fashion » (vêtements à bas coûts) et ses conséquences environnementales et humaines a été une véritable prise de conscience ces dernières années … Des millions de personnes (hommes, femmes et enfants) sont exploitées, des rivières polluées, des villes souillées de déchets pour le plaisir éphémère d’une mode « jetable »… je ne souhaite plus le cautionner .

Mais pourquoi nous voyageons ?

Il y a des expériences vous l’aurez compris qui nous tiennent à cœur … partir à la découverte du monde et de ses merveilles, se retrouver ensemble, à 2, 5 ou parfois au grand complet à plusieurs générations … Vivre des moments forts et différents !

Alors oui, Voyager à un coût … financier mais aussi et surtout environnemental … Nous ne sommes pas dupes … malheureusement toute activité humaine est plus ou moins polluante. Alors que vous me lisez sur le blog vous polluez, quand nous roulons vers notre travail, nous polluons, quand nous consommons, chauffons, regardons la télévision … nous polluons … Bref, l’homme moderne de nos sociétés actuelles est né pour polluer …

Si je tends à réduire une grande part de notre impact à travers notre changement de consommation au quotidien, par le biais d’une réflexion poussée sur notre mode de vie, nous nous accordons le « luxe » de voyager … Mais pourquoi ?

–          Pour vivre en famille des moments forts en quête d’ailleurs

–          Pour prendre conscience de la beauté du monde et de la nécessité de préserver ces paysages incroyables, sa faune et sa flore à travers un tourisme responsable.

–          Pour ressentir intensément une culture différente, des paysages contrastés et variés …

–          Pour renforcer les valeurs d’altruisme, de tolérance et de respect de la différence en se confrontant à d’autres us et coutumes …

–          Pour sortir de notre zone de confort et ne jamais oublier la chance que nous avons d’avoir un passeport français dans ce monde bien trop chaotique …

–          Pour développer la curiosité et les capacités d’adaptation de mes enfants.

–          Pour se sentir vivant, ENSEMBLE, en dehors de notre routine du quotidien ….

 

 

Le voyage, ce n’est pas que des vacances… je ne l’envisage pas comme des journées sans rien faire à lézarder au bord d’une piscine un cocktail à la main … je n’ai absolument rien contre ces moments là que j’affectionne parfois mais dans ce cas, aucun intérêt de traverser le monde, de polluer les airs pour ne pas sortir d’un hôtel bondé de touristes où la surconsommation est reine …

Le voyage … c’est bien plus que des vacances … c’est une ouverture vers le monde, vers les autres et une rencontre avec soi dans un ailleurs qui bouscule et qui enrichit …

 

Le voyage, c’est un état d’esprit qui fait que je suis celle que je suis aujourd’hui … c’est tout ce que m’a transmis mon papa alors que toute petite je vivais des aventures pleines d’émotions à l’autre bout du monde … C’est une façon de s’ouvrir à la différence … c’est ce que j’ai à cœur de transmettre à mon tour à mes 3 enfants qui déjà … adorent voyager, se sentent partout chez eux et s’adaptent très facilement à tout changement!

Quand je pense à nos voyages, j’ai des tonnes de souvenirs qui se bousculent et qui nourrissent ce sentiment continu d’avoir la chance de se donner les moyens de vivre ses rêves …

Je revis ce sentiment de liberté à 20 ans en plein milieu du Salar d’Uyuni en Bolivie, la montée au Corcovado à Rio de Janeiro,  les cris des singes hurleurs dans mon hamac en pleine forêt guyanaise alors que j’étais enfant…  Je revois le bonheur de mes enfants sur un bateau en Guadeloupe dans le grand-cul de sac Marin, devant ce léopard dévorant sa proie en Afrique du Sud ou au gré des klaxons des tuks-tuks au Sri Lanka … J’ai cette impression de vivre pleinement quand je goûte de nouvelles saveurs, que j’écoute le craquement sourd et élégant de cet éléphant en Asie ou dans le Krüger, quand je frémis au son mélancolique du fado à Lisbonne avec mon tout nouveau mari … Je me réjouis de cette balade à cheval en Grèce avec ma sœur, qui a dépassé ses peurs et mes filles enthousiastes, de ce baptême de   plongée avec les hommes de la famille dans la mer des Caraïbes … je ressens l’apaisement de ce moment suspendu dans l’eau turquoise grecque ou la chaleur des bains laiteux du Blue Lagoon en Islande … Tous ces moments sont gravés en moi … en nous … Ce n’est pas de la consommation à tout va, ce sont des expériences gravés à tout jamais dans nos souvenirs partagés …

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Ce que j’envisage pour l’avenir

Mais J’aimerai faire encore plus d’effort tout en continuant à découvrir le monde …

Je pense donc à :

–          Compenser mon impact carbone en finançant des projets écologiques

–          Limiter nos voyages en avion long-courrier à 1 par an.

–          Changer de banque afin de limiter la pollution cachée liée à mon argent (merci Jérémie Pichon pour la prise de conscience !)

–          Investir dans un autre moyen de voyager en mode « slow travel » …  Ma sœur va partir en famille en tour du monde en camping-car, pourquoi pas un van ou autre mode de voyage minimaliste ?

–          Imaginer des escapades en autonomie dans ma région, pour se recentrer sur soi et éprouver des émotions similaires tout près de chez nous …

 

Vous l’aurez compris, je suis une écolo-voyageuse … Oui, je pollue en voyageant une à deux fois par an mais malgré ces parenthèses en quête d’ailleurs, notre bilan carbone est encourageant et bien en dessous de la moyenne des français. Certes, il faudrait faire encore plus pour être en accord avec les ressources de la planète et ne pas vivre au-delà de ses capacités.  Je fais ma part, nous faisons notre part même si parfois j’aimerai faire mieux et impacter encore moins sur le devenir de la Terre. Je n’arrive pas à me résoudre de ne plus la découvrir et d’arrêter de voyager. Je ne parviens pas à me dire que je ne dois plus m’émerveiller de ce que le monde à offrir tout en le respectant sincèrement, avec une conviction forte et réfléchie …

Je me dis qu’à mon échelle je participe à la prise de conscience d’un grand nombre de personnes autour de moi, dans mon environnement proche ou plus lointain … J’agis sans relâche, je transmet, partage, sème de jolies graines … Je garde des voyages le meilleur, pour lutter encore plus au quotidien contre ce qui détruit notre terre à petit feu … Je veux voyager MOINS mais mieux, en étant responsable et pleine de gratitude à l’égard de ces pays qui m’accueillent, de ces merveilles qui nous entourent …

 

 

Et vous ? qu’en pensez vous ? êtes vous aussi un(e) écolo voyageur ? parcourez vous le monde tout en le respectant ? Souhaitez vous changer votre façon de voyager pour plus de cohérence ? Vous a-t-on déjà pointer ce paradoxe ?

 

 

 

 

 

 

 

 

2 commentaires sur « Peut-on être écolo et voyager ? Le paradoxe de la voyageuse green ;-) »

  1. Comme il est vrai que ces envies de voyager et de parcourir le monde peuvent sembler paradoxales quand on réfléchit à tous nos impacts sur l’environnement et ces gestes mis en place pour limiter notre empreinte carbone, mais tu en as conscience, tu alimentes tes voyages de toutes ces réflexions et c’est l’essentiel… Un bien bel article de partage et de valeurs…

    J'aime

  2. Très bon article! Merci Vivi, si ma conscience ecolo est présente, tu réussis à me sensibiliser davantage jour après jour ou plutôt voyage après voyage😉. En effet, l’humain moderne est un pollueur mais en avoir conscience et agir est un grand pas en avant! Je t’embrasse

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s